Agenda

Célébration eucharistique
chaque samedi à 18h30.
(sauf pendant les vacances d’été)

 

Samedi 14 avril à 15 h 30 à Saint-Luc
 Relecture de notre Charte
(voir colonne de droite)

HOMÉLIE

2ème dimanche du temps ordinaire

 

«Que  cherchez-vous?» C’est  la première  parole  de Jésus  dans  l’évangile  de saint   Jean,  et  c’est   déjà  tout   un  programme. Comme   toujours   Jésus   commence   par questionner,  par  interroger  les hommes  qui l’entourent. Il ne commence  pas  d’abord  par enseigner ou par leur faire la morale, il ne commence pas d’abord en leur disant de l’imiter. Il demande à tout homme hier comme aujourd’hui, en Palestine comme ici à Marseille, à vous comme à moi : « Que cherches-tu ? Que veux-tu faire de ta vie ? Le sais-tu ? » Alors face au Seigneur, il  nous  faut répondre  sans  biaiser.  Oui, nous  cherchons  tous  à être heureux, à rendre notre famille heureuse de vivre, à réussir  notre vie, à vivre pleinement  l’amour  dans notre  couple,  à  avoir  des  amitiés  vraies  et  solides  qui  ne  se  dérobent  pas  aux  heures difficiles. Dire notre recherche, c’est peut-être en avouer les limites, mais c’est aussi prendre conscience  que nous cherchons  plus que ces objectifs. Car l’homme est un être de désir qui ne  cesse  de  se  projeter  au-delà  du  présent  et  de  lui-même.  Il  est  le sujet  d’une  quête quotidienne  de l’absolu. Pourquoi y a-t-il donc en l’homme plus que l’homme, plus qu’un être de besoins à satisfaire ? Pourquoi  a-t-il en chacun de nous le désir d’aller toujours  plus loin, ne nous satisfaisant jamais de ce que nous avons déjà ? Que cherchez-vous ? Alors, si nous avons découvert, un peu, un jour, que Dieu n’est qu’amour et que Jésus de Nazareth est celui qui peut vraiment donner du sel à notre vie, nous sentons bien que l’homme  ait fait pour lui, pour  vivre  de lui.  L’homme  n’est  pas  fait  d’abord  pour  la  production ou  le  travail  ou  la consommation ou l’argent  ou même des idées. Bien  que toutes  ces choses  puissent  être bonnes en elles-mêmes, et que ce soit à travers elles que l’homme doive trouver son chemin et faire sa vie, nous nous  apercevons  en fin de compte  que l’homme  est fait pour  chanter, pour servir  et pour  aimer le Seigneur et les autres. Oui, l’homme  est fait pour  être reconnu  par Jésus-Christ comme un frère, un compagnon et un ami. Voilà ce que je suis pour lui, voilà ce que chacun de nous est pour lui, car nous avons chacun du prix aux yeux de Dieu. Comme le disait Irénée de Lyon au 1er siècle: «La  splendeur  de Dieu, c’est l’homme  vivant. La vie de l’homme, c’est la contemplation de Dieu.»

 

«Où demeures-tu? >>  demandent  alors  les  deux  disciples à Jésus.  Comme  il arrive souvent  dans l’évangile  de saint Jean, ce mot peut prendre une signification bien plus riche qu’ils  n’imaginent. Ce verbe « demeurer », ser1en effet pour désigner l’éternelle  intimité du Père et du Fils: Jésus demeure dans le Père et le Père demeure en lui. C’est dans cette intimité  que les croyants peuvent être dès maintenant introduits par leur adhésion à la parole et à la personne de Jésus de Nazareth. Alors dans la maladroite demande des deux disciples s’exprime  un désir  dont  ils  sont  pourtant  bien loin  d’avoir  clairement  conscience: le désir d’une vie et d’un amour qui jamais ne passent, le désir de vivre dès maintenant et à jamais de l’amour même qui depuis toujours unit Jésus à son Père et qui est aussi notre Père.

 

«Venez  et vous  verrez.»  Il n’est  toujours  pas question  d’enseignement  ou de discours dans cette deuxième parole  de Jésus, mais  d’une  invitation  à voir  Jésus  et à le suivre, à le voir vivre dans le quotidien  de l’évangile, à découvrir  en lui ce que les hommes cherchent : un sens à leur vie qui leur donne le goût de vivre pour les autres. Car Jésus savait ce qu’il y a dans le cœur de l’homme, et Pilate à la Passion présentera Jésus à la foule en disant : « Voici l’homme.  >>   Alors voir dans l’amour qui bat dans le cœur de cet homme venu de Dieu, l’amour  que cherchent  les  hommes r   Voir  dans  sa manière  d’accueillir tout  être humain,  riche  ou  pauvre,  étranger, malade  ou  pécheur,  la  tolérance  et  le  respect  qu’ils désirent vivre sans vraiment y parvenir 1 Voir aussi dans les larmes de Jésus devant la tombe de son ami Lazare, le sens de nos déchirements  et de notre angoisse  devant la mort 1  Voir encore dans la liberté de Jésus qui se donne jusqu’à la Croix, la vraie liberté à laquelle tous les hommes aspirent au plus profond d’eux-mêmes ! Voir enfin, dans l’humanité  de Jésus le visage de Dieu qui vient à l’homme, car qui l’a vu, a vu le Père ! Oui, c’est lui que les hommes cherchent leur vie durant, confusément, sans toujours  s’en rendre compte, comme à tâtons !

Alors Jésus nous dira sa confiance en nous faisant une promesse : « ce que tu cherches, si tu l’as découvert en moi en marchant avec moi comme les disciples, tu y parviendras. Malgré les difficultés de la vie, malgré tes doutes, tes questions et tes faiblesses, comme ceux de Pierre, tu seras un roc. Je m’engage à être avec toi. >>

«Que cherchez-vous?»: cette question de Jésus, c’est le commencement d’une aventure sur un chemin de bonheur qui s’appelle Évangile.   Amen

Michel Joguet s.j.

Jubilé de Saint-Luc – Relecture de notre Charte

Ce soir, lors de l’eucharistie, nous avons ouvert le triple Jubilé que nous fêtons cette année en commémorant le 30e anniversaire de l’adoption de notre charte lors d’une assemblée générale, le 7 avril 1988.

Relire en Communauté cette charte sera l’un des « temps forts » de ce Jubilé.

Il nous permettra d’examiner comment, trente ans après, Saint-Luc peut rester fidèle à ses engagements :

  • faire de la Communauté une Église dans la ville ;*
  • une Église de l’accueil et de la rencontre ;
  • une Église de la libre-expression ;
  • une Église priante et missionnaire,
  • une Église servante et pauvre,
  • une Église de la coresponsabilité.

Sans parler d’une dimension supplémentaire, qui tient à notre état de Communauté vieillissante : comment accepter cet état ? comment nous accepter les uns les autres dans cet état ? comment manifester notre solidarité avec les membres de la Communauté auxquels leur âge ou leur état de santé interdisent désormais de participer à nos activités ?

 

Ayez à cœur d’y venir nombreux : votre présence sera signe de la vitalité de notre Communauté !

Et notez dès à présent les dates des deux autres réunions : 9 et 30 juin.
Fraternellement,
Jean GUYON

Un livre à lire – Une soirée pour échanger

Le Prochain Livre

Jeudi 14 juin 2018
de 18h30 à 20h

LIVRES DÉJÀ LUS

Jeudi 19 avril 2018

Jeudi  22 mars 2018


Mercredi 21 février 2018

Jeudi 18 janvier 2018

Jeudi 9 novembre 2017
Le 26 septembre 2017

Le 11 juillet  2017

Le 13 juin  2017

Le  16 mai 2017

le 24/2/2017

le 19/01/2017

le 07/12/2016

le 29/10/2016